J'apprends à construire mon premier site
Initiation progressive à l'édition de documents web
avec le logiciel NVu/KompoZer

Note importante 2013
Les logiciels NVu et Kompozer ne sont plus développés. L'auteur de NVu, D. Glazman, propose actuellement une version gratuite, proche de NVu, mais renouvelée, nommée BlueGriffon.
SITE: http://bluegriffon.org/

Cours en 10 leçons

Alain Boudet

Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

J'apprends à saisir du texte brut et à le mettre en forme
Je construis un site avec plusieurs pages comportant
un texte principal, des images, un en-tête, une barre de menu horizontale, un bloc latéral

Octobre 2006

Première leçon: Saisie et style de texte

Vous voulez rédiger du texte web pour la première fois ou presque. Si vous disposez d'un éditeur web, vous voulez commencer à saisir du texte, mais vous ne savez pas par où commencer, vous avez l'habitude de taper en traitement de texte habituel, et sans réfléchir, vous êtes tenté de transposer vos connaissances au nouvel éditeur. Malheureusement, ça ne se comporte pas comme vous vous y attendiez, et vous ne savez pas pourquoi ni comment faire. 

On peut être débutant en éditeur de documents web tout en ayant une expérience de la bureautique et d'un éditeur de texte habituel. Le passage de l'un à l'autre n'est pas forcément évident, car il faut comprendre le mode de pensée de l'éditeur html. Certaines notions qui n'existent pas en traitement de texte habituel doivent être connues en html. Un débutant en éditeur web a besoin d'être initié à ces notions de base.

Alors vous cherchez un manuel simple à lire pour commencer votre saisie. Vous avez des difficultés à comprendre de quoi parlent les tutoriels et les aides, certes simples à lire, mais bourrés de mots nouveaux et de références inconnues, classe, attribut, bloc, ancre, et beaucoup d'autres, en général précédés d'indications générales très techniques sur les caractéristiques du matériel et son installation. Le parti que j'ai adopté est de rédiger un manuel d'apprentissage (maintenant on dit "un "tutoriel" grâce aux anglais suivis par les informaticiens français), et non un mode d'emploi (maintenant on dit une "aide" grâce etc...). Un mode d'emploi est classé par rubriques. Par exemple dans la rubrique "style", vous trouvez tous les styles applicables à un texte, et dans la rubrique "tableau", vous trouvez toutes les fonctionnalités existantes s'y rapportant.

Vous voulez un vrai tutoriel, qui vous prend là où vous en êtes, et vous amène progressivement vers de plus hautes compétences, grâce à une véritable explication des notions nouvelles et à une progression dans l'exposé des notions. Si vous êtes dans ce cas, ce texte est pour vous.

Le fil conducteur de ce manuel

Une autre façon de dire comment j'ai conçu ce tutoriel est que j'y fais le récit de ma propre découverte de NVu/Kompozer, au fur et à mesure de la construction de mon site web.

Le fil conducteur de ce manuel est d'accompagner le lecteur dans la réalisation de sa page web, en commençant par la première tâche, saisir du texte quand on vient d'ouvrir le logiciel NVu/KompoZer. Puis en améliorant ce texte par des styles. Les notions de base sont donc introduites progressivement, non pas dans la logique de leur complexité, mais au fur et à mesure des besoins pratiques, bien évidemment en commençant par les plus simples. Par exemple, n'apparaitra d'abord qu'une seule balise, puis un seul mode de formatage. Et puis cela deviendra plus riche et plus complexe, jusqu'à avoir les notions essentielles à la réalisation de la page, avec un texte, des images, un en-tête, une barre de menu horizontale, et une liste latérale. D'où la progression suivante rapportée par la table des matières:

Sommaire

Ce tutoriel est divisé en 13 chapitres répartis en 10 leçons progressives.

Contenu des 10 leçons

puce Leçon 1: ch.1, Saisie et style de texte
Leçon 2: ch.2, Boites. Style interne. Classes de style. Feuille de style
Leçon 3: ch.3 et 4, Création de blocs "paragraphe" - Style des blocs
Leçon 4: ch.5 et 6, Blocs de titres - Vocabulaire
Leçon 5: ch.7, Je crée un en-tête dans ma page web. Le conteneur générique DIV
Leçon 6: ch.8, Je crée des liens dans ma page: l'ancre
Leçon 7: ch.9, Liste. Positions absolue et relative. Liens externes
Leçon 8: ch.10, Insérer une image. Position flottante. Adresses relative et absolue. Attributs HTML
Leçon 9: ch.11, Je crée une barre de menu. Insérer un tableau
Leçon 10: ch.12 et 13, Je structure mon site. Répertoire. Ressources supplémentaires
Annexe 1: J'installe une page dynamique de mes actualités. Le flux RSS

Contenu de la leçon 1: Je saisis mon texte dans le corps de texte


Expérimentez en vous amusant

Pour profiter de ce tutoriel, vous aurez besoin de disposer du logiciel NVu ou KompoZer sur votre ordinateur, pour expérimenter et vérifier ce que j'explique.

J'ai rédigé mon texte comme si vous m'observiez en train de faire les démonstrations, donc en principe vous n'avez besoin de rien faire, seulement observer ce tutoriel. Toutefois, je vous invite fortement à être actifs, mettre la main à la pâte, expérimenter, tâtonner, bidouiller, et reproduire ce que je fais au fur et à mesure de mes explications.

Rédiger, ce n'est pas rendre public

Attention, ne confondez pas. Vous allez apprendre à rédiger, élaborer, mettre en page un document qui sera votre site web. Ce document est enregistré dans votre ordinateur. Il n'est donc visible que de vous.

Pour qu'il soit visible de tous, il faut le publier, c'est-à-dire le déposer dans une vitrine qu'on appelle un serveur. Chaque chose en son temps. La publication sera abordée dans la dernière leçon.

Pour commencer, installez l'éditeur de texte web NVu/KompoZer

Peut-être n'avez-vous pas encore d'éditeur de texte?
Dans ce cas, vous pouvez installer NVu/Kompozer, logiciel libre et gratuit, en suivant la démarche suivante.

AVERTISSEMENT: Note additionnelle du 19/02/2008
Il existe deux versions de ce logiciel:
une ancienne appelée NVu
et une version récente légèrement améliorée, appelée KompoZer.
Le présent didacticiel a été écrit en 2006 à partir de l'ancienne version NVu, et les figures décrivent NVu.
En ce qui concerne les fonctions décrites dans ce didacticiel, les deux versions sont équivalentes. Avec Kompozer, vous bénéficiez d'une version améliorée sur quelques points, mais ces points ne sont pas ou sont peu abordés dans ce didacticiel. Le changement le plus visible est l'affichage de la feuille de style dans l'éditeur CSS CaScadeS (voir leçon 2).

Pour en savoir plus sur les différences entre NVu et KompoZer, reportez-vous à Framasoft

Pour télécharger NVu ou KompoZer

Ouvrez le site: MOZILLA en version française ICI

Télécharger KompoZer

Dans le section KompoZer 0.7.10 en français, choisissez l'option qui vous concerne, Windows, Linux ou Mac OSX. A droite de "télécharger", cliquez sur le lien. Il ouvre la page de téléchargement de SourceForge, et en même temps, il ouvre la fenêtre d'enregistrement du fichier téléchargé.

télécharger KompoZer

Cliquez sur "Enregistrer le fichier". On vous demandera peut-être où vous voulez l'enregistrer dans l'ordinateur, à moins qu'il n'y ait déjà un emplacement choisi par défaut et inscrit dans les options du navigateur. Repérez où il est enregistré. C'est un fichier provisoire d'installation que vous pouvez placer où vous voulez, par exemple sur le bureau, et qui ne vous servira plus ensuite.
Double-cliquez sur ce fichier pour démarrer le processus d'installation. Suivez ce qu'il dit et répondez à ses questions. C'est tout

Télécharger NVu

Dans le section Nvu 1.0 en français, allez en bas de la page à la rubrique "Téléchargement, installation et désinstallation", choisissez l'option qui vous concerne, Windows, Linux ou MacOs. A droite de "télécharger", cliquez sur le lien. Il ouvre la page de téléchargement de SourceForge, et en même temps, il ouvre la fenêtre d'enregistrement du fichier téléchargé, comme pour KompoZer (figure ci-dessus). Ensuite même procédure que paragraphe précédent.

NVu

garde
Logiciel libre
auteur: Lindows inc
plate-forme: linux, windows
version: 1.0
license: mpl/gpl/lgpl
http://nvu.com

Publié sous licence Creative Commons By-NonCommercial-ShareAlike

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/1.0/

Les logiciels libres

Savez-vous que NVu/KompoZer est un éditeur de pages web libre et gratuit? Qu'est-ce que ça signifie vraiment? Connaissez-vous le monde des logiciels libres? Si vous voulez en savoir plus rendez vous à cette adresse: http://www.framasoft.net/article3338.html

Utilisez le forum NVu/Kompozer pour posez vos questions à la communauté d'utilisateurs

Dans ce tutoriel, je n'explique pas tout. Il est probable que je ne sois pas clair en tout malgré mon intention. Je n'ai moi-même pas tout compris. En faisant les démonstrations, je n'ai pas réussi à éclaircir certains points. Ou bien je suis tombé sur des bugs, ou des manoeuvres malcommodes du logiciel. Il reste beaucoup d'interrogations.

J'ai signalé ces points d'interrogation en les présentant avec le format de cette phrase: texte rouge sur fond bleu-vert.

Je n'ai rien d'un spécialiste de l'informatique et je ne répondrai pas moi-même aux questions techniques. Je ne suis qu'un utilisateur occasionnel, vite dépassé par le jargon codé très "club de fans" de ces techniques, mais j'aime profiter de ces merveilleux outils et les mettre à disposition de ceux qui comme moi, ne possèdent pas ce jargon.

Je suis vivement intéressé par vos réactions à la lecture de ce tutoriel. Vous pouvez les déposer sur mon livre d'or et m'envoyer un courrier électronique.


1. Je saisis mon texte dans le corps de texte

J'ouvre le logiciel NVu. J'ai devant moi un document blanc, disposé sous les barres. En haut à gauche, le curseur clignote (voir la figure 1-1).

Je vous engage à le faire vous aussi!

Figure 1-1

figure 1-1

Par défaut, l'affichage est en mode Normal. Nous le vérifions en constatant en bas à gauche que c'est l'onglet "Normal" qui est activé (figure 1-2).

Corps de texte. Balise <body>

Je tape un mot, n'importe lequel, par exemple:

bonjour

Afin de mieux comprendre le fonctionnement d'un éditeur Web, je passe en mode Source en cliquant sur l'onglet "Source" dans la barre des modes d'édition en bas de page. Vous aussi, faites-le!

Figure 1-2. Barre des modes d'édition

figure 1-2

L'écran suivant s'affiche:

Figure 1-3. Mode Source

fig1-3

En bas du texte, je découvre ceci:
<body>
bonjour
</body>

Remarque: Chaque fois que je vous montre quelque chose en mode Source, il est présenté dans le style ci-dessus, avec fond mauve.

Les signes, <body> et </body> sont des codes, appelés balises, qui donnent des indications au logiciel qui affiche le texte.

La balise <body> indique le début du corps de texte, et la balise </body>, la fin de ce corps. La partie comprise entre les deux est celle qui sera affichée par le navigateur, c'est-à-dire un logiciel d'affichage tel que Mozilla Firefox ou Internet Explorer. Par opposition, on trouve au-dessus, la partie <head> </head> qui encadre des indications non affichées par le navigateur, des indications de style par exemple, ou le nom de l'auteur, comme on le verra dans d'autres sections (par exemple leçon 10).

Structurer le corps de texte en paragraphes. Balise <br> de fin de ligne

Revenons en mode Normal.
Maintenant, je commence à taper du texte, par exemple cette ligne que vous êtes en train de lire. En tapant sur la touche ENTRÉE (dite aussi "Retour charriot" par référence aux machines à écrire qui ont précédé les microordinateurs), je fais un changement de ligne. Je peux donc créer mes paragraphes à volonté en changeant de ligne avec cette touche.
Si je tape deux fois, cela crée une ligne vide de séparation entre deux paragraphes.

Puis je passe en mode Source pour voir ce qui se passe, et je vois ceci: (pour le moment, j'ignore la mise en forme en gras des mots ENTRÉE  et changement de ligne)

<body>
Maintenant, je commence &agrave; taper du texte, par exemple cette ligne que vous &ecirc;tre en train de lire. En tapant sur la touche ENTR&Eacute;E(dite aussi "Retour charriot" par r&eacute;f&eacute;rence aux machines &agrave; &eacute;crire qui ont pr&eacute;c&eacute;d&eacute; les microordinateurs), je fais un changement de ligne. Je peux donc cr&eacute;er mes paragraphes &agrave; volont&eacute; en changeant de ligne avec cette touche.<br>
Si je tape deux fois, cela cr&eacute;e une ligne vide de s&eacute;paration entre deux paragraphes. <br><br>
Puis je passe en mode Source pour voir ce qui se passe, et je vois ceci:</body>


En mode Source, on voit qu'une balise <br> a été ajoutée à la fin de chaque ligne. La balise <br> est un code signifiant FIN DE LIGNE.

Espace blanc insécable, attention

Il arrive qu'on veuille que l'espace blanc créé par la barre d'ESPACEMENT soit inséparable du mot précédent et du mot suivant pour faire une chaine fixe. Par exemple dans l'expression "3 cm", je ne veux pas que "3" et "cm" soient séparés par un retour automatique à la ligne. Ou encore quand, dans la typographie normale française, on met un blanc entre un mot et la ponctuation ( : ; ? ! ) qui le suit, comme dans "voici :" entre "voici" et ":" (bien que je trouve que cette habitude de la typographie française introduit des complications et n'est pas particulièrement jolie. En ce qui concerne ce cas précis, je préfère la sobriété de la typographie anglaise, sans espace entre le mot et ":" ou "?"). C'est ce qu'on nomme un blanc insécable, ou blanc forcé. Les blancs insécables sont comme des caractères qui font partie du mot auquel ils sont accolés. Qu'est-ce qu'un mot pour un éditeur? Un mot est délimité par un blanc ordinaire (sécable) avant et un après.

En mode Source, l'éciture d'un blanc insécable est claire et précise, il suffit d'écrire son code:&nbsp;

Question pour l'espace insécable: En mode Normal, je n'ai pas trouvé une façon contrôlée de poser un blanc forcé, comme par un exemple l'équivalent de Word,  MAJ-ESPACEMENT. 

Par contre, j'ai constaté qu'en tapant deux ou plusieurs fois sur ESPACEMENT, le premier blanc est ordinaire, le deuxième est automatiquement insécable, puis le troisième ordinaire, le quatrième insécable et ainsi de suite de façon alternée. Toutefois, ce n'est pas le cas en début de paragraphe, où les blancs sont automatiquement insécables. En fin de paragraphe, le blanc est normal en corps de texte. Toutefois, il semble insécable dans le cas du format "paragraphe" que nous étudierons à la leçon 3. A vérifier!

Pour poser un blanc insécable, il est ainsi possible de taper deux blancs avec la touche ESPACEMENT, puis de supprimer le premier. Comme ceci: 2 cm.

Attention: Il arrive que par le jeu des "copier-coller", on colle un blanc insécable sans s'en rendre compte. C'est pourquoi lorsque vous avez modifié, corrigé un texte, des mots se trouvent accolés sans possibilité de coupure pour retour à la ligne. Si cela vous arrive, il est probable qu'un blanc forcé s'est inséré là de façon abusive. Supprimez tous les blancs entre ces deux mots, et insérez un blanc tout neuf.

Style de caractère. Votre premier texte

Résumons: nous avons appris à saisir du texte brut dans le corps de texte et à changer de ligne pour créer des paragraphes. C'est suffisant pour que vous puissiez préparer le texte de votre première page web, et saisir quelques paragraphes.

Or maintenant, je veux agrémenter le texte, le rendre plus lisible en lui appliquant des styles, des formats. Pour le moment, je n'ai pas choisi ma police de caractère, et le logiciel utilise ceux qui sont fixés par défaut. Puis-je choisir le style par défaut du corps de texte? Oui, on le verra plus loin. Commençons par changer seulement des parties de texte, comme je fais dans la phrase suivante. Ce mot est en gras, cet autre en rouge, et ceux-ci sont en grosses lettres. Comment ai-je fait?

Il y a plusieurs façons. Ce tutoriel se voulant progressif, j'introduis les notions une à une, au fur et à mesure des besoins et je ne donne pas l'ensemble des possibilités maintenant. Notons que si on veut avoir un panorama de toutes les possibilités, il suffit de consulter l'Aide dans la barre de menus: [Aide]>[Contenu de l'aide].

Je commence donc par la mise en forme dans le fil du texte, celle qui est la plus immédiate lorsqu'on est par exemple habitué à un traitement de texte. Comme dans un traitement de texte habituel, après avoir écrit le texte brut, je sélectionne une partie de texte et je lui applique un élément de style de la barre de mise en forme en haut de la page, ou en me rendant dans le menu [Format] de la barre de menu.

Style gras. Notion de balise. Balise <span>

Je souhaite mettre un mot en évidence en l'affichant en caractères gras. Pour cela, je le sélectionne avec la souris, et je clique sur le symbole B de la barre de mise en forme, (cinquième case à partir de la gauche, figure 1-4).

De façon équivalente, je peux utiliser la barre de menu: [Format]>[Style de texte]>[Gras].
Il y a également un équivalent avec le clavier, indiqué dans le menu précédent, c'est CTRL+B.

Figure 1-4. Barre de mise en forme

fig1-4

Comment cette commande est-elle traduite en mode Source?

Je souhaite mettre un mot en &eacute;vidence en l'affichant en caract&egrave;res gras. Pour
cela, je le s&eacute;lectionne avec la souris, et je clique sur le symbole <big>B</big> de la <span
 style="font-weight: bold;">barre
de mise en forme</span>, (cinqui&egrave;me case &agrave;
partir de la gauche, figure 1-4).<br>


Cela crée un code <span> avant l'expression mise en forme et un code </span> à la fin.

Remarque: Il se peut qu'à la place de <span>, vous ayez <b>. Cela dépend du réglage des préférences (voir paragraphe suivant).

Ces codes sont appelés des balises. Elles ont une importance capitale en langage Source HTML. En effet, votre texte sera lu et affiché par un logiciel lecteur, le navigateur de la personne qui consulte votre site, ou l'éditeur web en mode WYSIWYG (ce qui veut dire "ce que tu vois est ce que tu obtiens) comme par exemple le mode Normal de NVu. Ce lecteur lit le code Source de façon linéaire et obéit aux codes.

Chaque balise de début <span est suivie d'une déclaration de style style="  ">. Une propriété y est nommée, ici "font-weight", c'est-à-dire l'épaisseur du caractère, à laquelle on attribue une caractéristique ou valeur (ici bold, c'est-à-dire gras). Lorsque le logiciel lecteur rencontre la balise de début <span>, il sait qu'il doit afficher ce qui suit selon ce qui est déclaré dans style="" , jusqu'à ce qu'il rencontre la balise de fin </span>.  

Les balises sont la base du langage source html. Tout est basé sur elle, et le reste de ce tutoriel consiste à peu près à apprendre à utiliser les différents types de balises et à leur attribuer des caractéristiques diverses.

Attribut html. Balises <b>, <i> et <u>. Préférences

Ce paragraphe n'est pas utile ici pour construire votre page web. C'est une subtilité. Cependant, si les préférences ne sont pas celles par défaut de la version 1.0 de NVu, il se peut qu'au lieu des balises <span>, vous ayez trouvé la balise <b>. D'autre part, en lisant des documents html créés par d'autres, vous allez rencontrer ces balises <b>. Aussi, voyons de quoi il s'agit et comment on peut revenir à la balise <span>.

La balise <b> code directement le style gras (bold) sans qu'il soit besoin de lui indiquer la propriété concernée. C'est ce qu'on appelle un attribut html. C'est direct. D'autres balises codent d'autres attributs: <i> et <u> codent pour l'italique et le souligné, par exemple, et la balise <font> donnera les indications concernant les polices et les couleurs.

Alors quel est l'intérêt de la balise <span> qui semble plus compliquée? Cela apparaitra par la suite, comme la possibilité d'extraire des styles pour créer des classes et fabriquer des feuilles de style.

Choisissons donc d'employer les balises <span> si ce n'est pas déjà fait par défaut. Pour cela:

Dans la barre des menus, cliquer sur
[Outils]>[Préférences]. S'ouvre alors la fenêtre d'option, section "général". Dans la fenêtre, cochez, ou assurez-vous que soit cochée la ligne "Édition avec des feuilles de style" (figure 1-5).

Figure 1-5. Préférences, édition avec des feuilles de style


fig1-5

Styles italique et souligné

Si je veux maintenant que le mot soit écrit en italique ou en souligné, je le sélectionne et j'utilise le symbole I  et le symbole U de la barre de mise en forme (figure 1-4).

Alternativement, je peux utiliser la barre de menu: [Format]>[Style de texte]>[Italique] ou [Souligné], ou les équivalents avec le clavier, CTRL+I, CTRL+U.

Ces commandes sont traduites en mode Source par les balises <span> et </span> suivies des déclarations de style: respectivement, font-style: italic; et  text-decoration: underline; comme on peut le constater:

Si je veux maintenant que le mot soit &eacute;crit en
<span style="font-style: italic;">italique</span>
ou en <span style="text-decoration: underline;">soulign&eacute;</span>,

Balises SMALL et BIG

Dans la barre de mise en forme du texte (fig. 1-4), à gauche des symboles précédents, on trouve deux fonctions pour diminuer la taille des caractères (icône A, troisième case) ou l'agrandir (icône A). En mode Source, cela pose les balises <small> et <big>, ainsi que leurs balises de fin correspondantes dans lesquelles se trouve en plus le signe /. Notons en passant qu'elles ne sont pas intégrées à la déclaration de style d'une balise <span> et sont donc des attributs HTML.

La commande équivalente par le menu est [Format]>[Taille]>[Plus petite] ou [Plus grande], et l'équivalent clavier CTRL+- et CTRL++.

Remarquons que la barre d'outils de mise en forme ne permet pas d'afficher directement une valeur absolue de la taille de police en nombre de points comme dans un traitement de texte habituel. C'est parce qu'il existe une grande variété d'unités de taille, absolues ou relatives. On aura accès à ces unités lorsqu'on aura abordé la notion de boite et de style intégré dans la leçon 2.

Visualisation des balises

On peut visualiser les balises grâce au mode d'édition Balises HTML. Dans la barre des modes d'édition (figure 1-2), je clique sur l'onglet Balises HTML. Par rapport au mode Normal, nous voyons en plus des icônes indiquant l'existence et le positionnement des balises, et donc l'application d'un style. Dans le texte présent, je vois donc les indicateurs des balises SPAN, BIG, SMALL, B, et d'autres que j'ai utilisés pour cette présentation et que nous apprendrons à connaitre plus loin.

La balise BR n'est pas représentée.

Attention, seule figure la balise de début. Alors comment reconnaitre la portion de texte qu'elle gouverne? En cliquant dessus. Cela a pour effet de sélectionner cette portion. Ainsi, une façon de sélectionner le texte commandé par une balise est de passer en mode Balises HTML et de cliquer sur la balise choisie.
Malheureusement, on constate que NVu n'affiche pas la page au même endroit dans les deux modes.

Figure 1-6. Affichage en mode Balises HTML

fig1-6

Choix des couleurs du texte. Les trois niveaux de déclaration de style

La couleur du texte est noire par défaut. Pour la modifier, je sélectionne la portion de texte concernée et je clique sur le carré supérieur des couleurs de la barre de mise en forme (figure 1-4) dans la deuxième case. Cela ouvre la fenêtre [Couleur du texte] (fig. 1-7).

Cette fenêtre est également accessible par la barre de menu [Format]>[Couleur de texte].

Figure 1-7. Choix d'une couleur de texte

fig1-7

La couleur actuelle du texte où se trouve le curseur est montrée en bas à droite (dans le cas de la figure 1-7, le curseur se trouvait quelque part dans l'expression ci-dessus "Pour la modifier", en rouge). Figure également son code hexa qui est son nom dans un langage codé, et éventuellement son nom si elle fait partie des quelques couleurs qui ont reçu un nom précis.

Pour appliquer une nouvelle couleur, il faut d'abord choisir la couleur. Il est possible de
Lorsque la couleur choisie et affichée dans le carré est la bonne, je clique sur OK pour l'appliquer.

En mode Source, on constate que la balise de début est suivie d'une déclaration de style "color" qui encadre le texte en couleur. Elle annonce la couleur du texte choisie par son code RVB (en anglais RGB) "255, 0, 0":

l'expression ci-dessus "<span style="color: rgb(255, 0, 0);">Pour
la modifier</span>" en rouge


On remarque donc que le mode de commande de style comporte trois niveaux:
Si je veux annuler une couleur déjà appliquée, cette fenêtre n'offre pas le choix "aucune couleur". Aussi faut-il simplement effacer le code de la case hexa et cliquer sur OK. Cela a pour conséquence d'appliquer la couleur de texte par défaut, sans ajouter un autre code inutile. Une autre façon est d'annuler les styles du texte en le sélectionnant et en appliquant [Format]>[Annuler le style du texte]. Toutefois cela annule tous les styles de ce texte. On peut également supprimer la balise correspondante, comme on l'apprendra plus loin, leçon 3.

L'équivalent en attributs HTML (voir paragraphe "Attributs html") est la balise <font> qui encadre le texte en couleur. Elle est suivie d'une déclaration de style "color" qui annonce la couleur du texte choisie par son code hexa "FF0000".

Systèmes RVB et TSL de codage des couleurs

Le système le plus intuitif pour choisir un ensemble de couleurs dans une page est le système TSL, qui code une couleur par trois caractéristiques: teinte - saturation - luminosité. La Teinte est la couleur parmi la palette de l'arc-en-ciel, la Saturation c'est quand elle est pure et la désaturation quand elle tire vers le gris, enfin la Luminosité est la mesure du noir au blanc. Par exemple, si vous avez une couleur claire et que vous voulez changer d'ambiance, vous pouvez garder exactement la même clarté et changer la teinte. Inversement si vous voulez un ensemble de 3 ou 4 couleurs dans les mêmes teintes, vous agissez seulement pour l'obscurcir ou l'éclaircir. Le code RVB aboutit aux mêmes couleurs avec trois autres coordonnées, le rouge, le vert, le bleu. On peut exprimer une couleur soit dans un système, soit dans l'autre. Dans la fenêtre de couleur de texte (fig 1-7), les deux codes sont donnés et je constate que si je modifie l'un, l'autre est modifié en conséquence.
 
Malheureusement, le choix des couleurs qui est inclus dans NVU ne propose pas l'échelle des luminosités intuitives du noir au blanc en TLS. Elle va seulement du noir à la couleur pure. Pour aller vers le blanc, il faut ensuite désaturer (voir mon article La nature de la couleur. Deux petits logiciels qui sont basés sur cette représentation du noir au blanc sont proposés dans la section de fin de ce document: "Aller plus loin".

Choix de la couleur du fond d'une portion de texte. Surligner

Dans la barre de mise en forme (figure 1-4), on trouve de plus un carré sous-jacent au carré de couleur de texte précédent. Contrairement à quoi on pourrait s'attendre, il ne commande pas la couleur de fond du texte, mais la couleur du fond de la page entière. Anticipant sur la notion de bloc que j'aborderai dans la partie suivante, j'indique plus précisément que la couleur de fond consignée par ce carré s'applique à l'ensemble du bloc dont il fait partie. Comme je n'ai encore créé aucun bloc, il va s'appliquer au seul bloc existant par défaut qui est la page entière.

Pour appliquer une couleur de fond à une portion de texte, ce qui revient à le surligner, on actionne l'icône qui se trouve juste à droite de la précédente et qui représente un feutre de surlignage (figure 1-4).

<span style="background-color: rgb(255, 255, 51);">Pour
appliquer une couleur de fond &agrave; une portion de texte, ce qui
revient &agrave; le surligner, on actionne l'ic&ocirc;ne qui se trouve juste &agrave; droite de la
pr&eacute;c&eacute;dente et qui repr&eacute;sente un feutre de surlignage</span>


En mode Source, je constate que l'indication de surlignage attribue une couleur de fond (background).

Anomalie pour le surlignage: la mémoire de la dernière couleur utilisée ne survit pas à la fermeture du document.

Police de caractère.

Je peux également changer la police de caractère qui est affichée par défaut, au moyen de la barre de menu, ou au moyen de la barre de mise en forme.
[Format]>[Police] puis choisir.
Le menu déroulant se trouve dans la case qui affiche [Largeur variable]. Je sélectionne un texte et je lui applique une autre police, comme celle-ci.

Figure 1-8. Case de choix de police

fig1-8

En mode Source, la commande est codée par la déclaration font-family suivie de la valeur choisie:Comic Sans MS;.

<span style="font-family: Comic Sans MS;">Je
s&eacute;lectionne un texte et je lui applique une autre police,
comme celle-ci.</span>


L'équivalent en attribut HTML est la balise <font> qui signifie "police", suivie de l'attribut "face" suivi du choix de la police. On remarque qu'il y a également trois niveaux.

La suite

Contenu de la leçon 2

 Aller à la leçon 2 

Texte conforme à la nouvelle orthographe française (1990)

Mise en ligne 18 octobre 2006 - dernière correction mineure 13 février 2008